Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
24 septembre 2013 2 24 /09 /septembre /2013 14:58

Voilà un moment que je n'ai pas écrit ici mais je me dis qu'un dernier texte s'impose, une façon de clore définitivement la porte du passé, tout en lançant encore de l'espoir aux victimes qui passeront par ici.

Maintenant, je n'écris plus car je vis ! JE VİS, JE VİS UN BONHEUR İNESPERE !

Je me suis fait attrapée au filet de la vie, une vie riche et épanouie. Une vie pleine de surprises, de saveurs, de découvertes. Une vie qui n'a plus rien à voir avec les douleurs que j'ai endurées, les souffrances passées, une vie à des kilomètres de ce passé. C'est drôle car les kilomètres sont réels au sens propre comme au sens figuré...

Je n'oublie rien du passé, je sais d'où je viens, qui je suis mais je ne souffre plus. Je suis libérée. Je ne suis plus une victime, je mène ma vie, je la décide, je la dessine, en fonction de mes envies, de mes désirs. Je suis mon coeur qui bat, qui vit.

J'ai découvert l'autre rive, celle colorée, celle apaisée, celle libérée. 

J'ai eu la chance de ne jamais avoir été seule, même au plus profond, il y avait des mains tendues, des mains aidantes, des mains dont parfois même j'ignorais la présence mais qui étaient là dans l'obscurité. Des mains à qui je dois beaucoup et que je remercie.

Aujourd'hui, j'ai trouvé LA main, celle que j'ai envie de serrer, celle sur qui je peux me reposer, celle avec qui je peux avancer, celle avec qui j'ose ma destinée. Et oui, j'ai trouvé l'Amour, bien plus fort que ce que j'osais à peine espérer.

Je peux faire confiance, je peux aimer. Mon corps et mon âme sont réparés. La vie est un drôle de phénomène mais plus que jamais je pense que rien n'est impossible, j'en ai la preuve. JE SUIS HEUREUSE, JE VİS LE BONHEUR !

A ceux et celles qui passeront par ici, c'est ce message que je veux adresser : si vous avez été ou êtes victime d'inceste, si vous souffrez et vous sentez déséspéré, espérez ! C'est possible de s'en sortir, c'est possible de se reconstruire, c'est possible de re-vivre, c'est possible de vivre ! Accrochez-vous, battez-vous ! Je sais aujourd'hui que ça en vaut la peine. Je sais aujourd'hui que tous les efforts sont récompensés. Pour vous aussi, c'est possible ! En parcourant ce blog, j'espère que vous verrez que c'est possible.

Je tourne la page de ce blog sur ce dernier post.

Je peux maintenant bâtir ma vie, la re-construction est faite, je peux maintenant créer, avec des projets de vie pleins la tête, avec la joie de la vie, le goût de la vie, le plaisir de la vie, l'amour de la vie... à apprécier, à savourer, à multiplier, à partager, dans toutes les couleurs, dans toutes les émotions. JE VİS ET J'AİME, ET CE N'EST QUE LE DEBUT D'UNE BELLE HİSTOİRE...

Published by Charlotte - dans Accueil
commenter cet article
14 décembre 2012 5 14 /12 /décembre /2012 11:24

Que connaissent du bonheur les victimes d'inceste ? Je ne vais parler qu'en mon nom, mais, pendant longtemps, rien. Les victimes connaissent le malheur, la douleur, la noirceur, la salissure, la honte. Elles trainent leur ombre dans le monde, sans le comprendre, sans pouvoir l'appréhender, s'y méler. Le bonheur n'est pour elles qu'un concept abstrait, trop éloigné de leur réalité pour qu'elles ne puissent, même un seul instant, l'espérer. Elles errent dans un univers où le bonheur n'est pas visible, il n'existe pas. Et elles souffrent en silence, longtemps, emprisonnées dans un carcan de douleur. Malheureusement, beaucoup restent coincées dans ce monde malheureux où à leur insu et contre leur gré, elles ont été plongées.

D'autres, trop peu nombreuses encore, ont plus de chance. Une percée lumineuse vient déchirer le monde de noirceur dans lequel elles se noient. Des mains aidantes les tirent hors de ce monde. Cela passe bien souvent par une thérapie, longue, douloureuse, courageuse. Un bon accompagnement professionnel et relationnel est la clé de la porte de sortie des ténèbres dans lesquelles elles sont enfermées. Sans cela rien n'est posssible, c'est une des conditions nécessaires mais non suffisantes, les victimes, pour en sortir, doivent mobiliser l'énergie et le courage qu'elles ignorent bien souvent avoir, elles sont avant tout guidé par un espoir fou qui leur souffle que c'est possible, si cet espoir s'éteint, plus rien...

Mais quand les victimes sont accompagnées et que l'espoir est présent, alors, peu à peu, douloureusement, courageusement, elles peuvent sortir de la noirceur et découvrir quelques couleurs. Debout, la tête relevée, elles prennent conscience qu'elles sont en vie, qu'elles ont survécu. Et elles découvrent un nouveau monde qui leur semble étranger. Un monde fait de gens qui rient, qui se font confiance, qui s'aiment. Elles n'y connaissent rien, là d'où elles viennent régnait l'inverse : les larmes, la méfiance, la haine... Elles connaissent la puissance de cet inverse, sa puissance dévastatrice et destructrice. Alors elles observent, beaucoup. Les gens, leurs plaintes, leurs douleurs et aussi leurs joies. Elles s'interrogent aussi, beaucoup. Que signifie les plaintes des gens ? Quels sont leurs maux aux autres ? Elles qui sont restées si longtemps sans un mot, elles entendent beaucoup de plaintes pour rien, beaucoup de grands et hauts mots prononcés pour si peu. Et en parallèle, aussi des rires, des joies, un lever de soleil, un jeu d'enfants, des moments de partage, de confiance, de sincérité...

Alors, peu à peu, tout doucement, elles prennent conscience qu'autre chose est possible, qu'il y a un autre côté, plus lumineux, plus heureux. Et quand elles sont suffisamment guéries, qu'elles retrouvent suffisamment confiance en elles, qu'elles portent sur elles un regard bienveillant, alors l'idée peut germer, fragile et petite au départ, une belle idée, l'idée qu'après avoir traversé ces ténèbres, après y avoir survécu, alors, elles aussi, elles surtout, ont droit au bonheur ! Et cette idée fait peu à peu son chemin, et, à ce moment seulement, l'importance du bonheur pour les victimes d'inceste prend tout son sens. Le bonheur devient l'axe qui guide leur vie... Après toutes ces galères, toutes ces souffrances, le passé vécu 100% noir, alors, oui, elles méritent et revendiquent un bonheur à 150%, un bonheur aussi haut qu'il viendra contrebalancer les souffrances endurées. Un bonheur à la hauteur, à une très grande hauteur.

Et je suis persuadée que les victimes d'inceste, après toutes les étapes franchies, sont plus à même de savourer le bonheur, et elles sont plus douées pour le bonheur. Car elles connaissent la vraie souffrance, elles savent goûter le moindre petit bonheur car pour elles, c'est déjà énorme.

Et puis, beaucoup se plaignent, les victimes d'inceste, non, elles se plaignent rarement, ce qui est une force dans la recherche du bonheur. Car le bonheur n'est pas un dû, il n'arrive pas tout seul, il n'est jamais acquis, le bonheur s'entretient, se paufine, s'amplifie mais il nécessite des efforts, il nécessite des choix, de la volonté, il implique le mouvement, il est à réinventer, chaque jour, toujours. Il demande du courage, le bonheur, ça se mérite. Et les victimes d'inceste, avec le vécu passé, elles, le méritent, elles le méritent énormément, et elles sont courageuses, et elles ont eu la force de survivre à leur passé d'incestué, elles ont cette force en elles. Alors, quand elles peuvent après un long temps de reconstruction, prendre conscience de cette force, prendre conscience qu'une fois guérie du passé, elles peuvent se tourner vers l'avenir, qu'elles n'ont plus à utiliser leur force, leur courage, leur énergie à panser des plaies du passé, alors, pour elles, rien d'impossible.

J'ai la chance d'en être là aujourd'hui, j'ai la chance de savoir qui je suis, qui j'ai été, d'avoir conscience de ce que j'ai enduré, de savoir vers quoi je veux me tourner. Alors je peux me lancer dans des projets, car je peux ressentir en moi, ce qui me guide, ce qui me motive et me donne l'envie et la motivation nécessaires pour accomplir ce que je souhaite. Voilà, je veux un bonheur au-dessus de la normale, je veux un bonheur illimité, par ce que j'ai vécu, je le mérite. Je n'attends pas qu'il me tombe dessus, car, d'après mon expérience, quand quelque chose nous tombe dessus il est fort à parier que ce n'est pas fiable. Mon bonheur, je le construis, jour après jour, et c'est le chemin que je trace devant moi. Quelques soient les détours et les embuches qui peuvent être sur ce chemin, s'il mène au bonheur, j'en serai capable car la force qu'il m'a fallu puiser pour me sortir du passé est maintenant présente pour construire mon avenir. Le bonheur guide mes pas,  à chaque instant, à chaque situation, voilà quelle est l'importance du bonheur pour les victimes d'inceste !

Published by Charlotte - dans Victime-espoir
commenter cet article
30 novembre 2012 5 30 /11 /novembre /2012 14:17

 

 

 

 

http://sd-2.archive-host.com/membres/up/76502305811643666/_B175814.JPG

 

Après la destruction,
Après la réparation,
Après la consolidation,
Place à la construction !

 

Le passé s'est éloigné,
Le présent s'est installé.
Et le futur se dessine
Sous de très bons auspices.

 

Deux cent pourcents de bonheur
En réponse aux cent pourcents de terreur !
Capable de me redresser
De ce que j'ai pu enduré,
Je saurai relever tous les défis
Pour mener ma propre vie !

 

Deux chemins se sont croisés
Deux esprits se sont rencontrés
Un bonheur inespéré
S'est peu à peu infiltré,
En profiter, le goûter
L'apprécier, s'en enivrer !

 

Un voyage m'attend,
Un amour naissant et grand...
Des découvertes, des évolutions
Sur fond de bien-être et d'émotions...

 

Je tourne une sacrée page,
Les prochaines, en couleurs,
Remplies de belles images
Parleront de bonheur...

 

Ma vie ne fait que commencer
Elle sera heureuse et gaie,
Elle sera comme il me plaît,
Ma vie ne fait que commencer...

 

http://sd-2.archive-host.com/membres/up/76502305811643666/_B175866.JPG

 
17 septembre 2012 1 17 /09 /septembre /2012 12:38

Une enfant en cage

Retenue en otage

Par un amour pervers,

L'inceste d'un père...

 

Une route à construire,

Des méandres à franchir,

Confiance dans le chemin
Qui se profile au loin...

 

Casser les barrières,

Sauter les frontières,

Construire son bonheur

Ici ou ailleurs...

 

Comme un pied de nez

Au passé enchaîné,

Un futur nomade,

De belles escapades...

 

Une adulte épanouie

Emplie d'énergie, d'envies

Mue par un amour serein,

La tendresse d'un homme bien...

17 juillet 2012 2 17 /07 /juillet /2012 22:02

Voici le film de Keltoum Boumedjane sur l'artiste Nadia Nadège qui témoigne de l'inceste et de l'art comme voie de résilience.

11 juillet 2012 3 11 /07 /juillet /2012 16:46

La vie est plus forte que l’inceste,

L’amour est possible après l’inceste…

Malgré des traces indélébiles

Guérir est vraiment possible,

Comme une renaissance

Appelée résilience.

 

Désapprendre la peur,

Les pleurs et la douleur.
Désapprendre la destruction,

Les addictions et mutilations.

Désapprendre la souffrance,

L’errance et le silence.

 

Apprendre à sourire,

Sortir et ressentir.

Apprendre l’espérance,

La confiance, la bienveillance.

Apprendre à parler,

Toucher et s’approcher.

 

Un chemin difficile

Long et vraiment pénible…
Mais un jour, une éclaircie,

Une lueur, une envie…
Et peu à peu, l’envie de vie

Comme un espoir, grandit…

 

Et pour moi aujourd’hui,

Les désirs, les envies,

Le bonheur, les couleurs,

Des joies et des frissons,

Une palette d’émotions…

 

J’ai guéri du passé,

Et ai pansé les plaies,

Restent des cicatrices

En traces bienfaitrices

Me montrent d’où je viens

Et guident mon chemin.

 

La chance a tourné

Parce que je l’ai forcée.

Fini la solitude,

Place à la plénitude.

J’ai rencontré l’Amour

J’ai guéri pour Toujours.

La vie est plus forte que l’inceste

L’amour est possible après l’inceste…

Published by Charlotte - dans Victime-espoir
commenter cet article
22 mars 2012 4 22 /03 /mars /2012 16:27

Il fait noir

La brise du soir…

Lise se lève,

Regarde par la fenêtre,

Juste le printemps qui pénètre

Et coule la sève

De l’écorce des arbres blessés,

De son corps ensanglanté.

Un sang invisible

De blessures inaudibles

D’un homme invincible

Aux marques indélébiles.

 

Il fait sombre,

Flotte les ombres…
Lise observe,

Son âme se promène,

Son corps se démène

Sans réserve,

Il veut tout nettoyer

Il veut se réparer.

Réparation difficile

A la hauteur de l’indisible,

L’immonde incompréhensible,

La salissure indélébile.

 

Il fait clair,

Rentre la lumière…

Lise a de la chance,

Croise sur son chemin

Celui de quelqu’un bien

Alors elle avance.

Elle avance allégée

Le cœur apaisé.
Un  cœur amoureux

Parfois fiévreux,

Faisant d’un passé ténébreux

Un présent vraiment heureux.

 

Published by Charlotte - dans Poèmes sur l'inceste
commenter cet article
12 février 2012 7 12 /02 /février /2012 13:26

 

 

http://a2.sphotos.ak.fbcdn.net/hphotos-ak-ash4/405822_2874322049409_1000652777_32884893_781415359_n.jpg

 

Je croyais partir à Sabou, en mission humanitaire, pour aider à construire une école, pour donner un coup de pouce aux enfants et leur permettre l’accès à l’éducation. Certes, c’est ce que j’ai fait avec une équipe formidable.

Mais au-delà de ce que j’ai pu donner, c’est surtout ce que j’ai reçu qui est énorme ! J’ai découvert un monde à 6000km du mien, comment 6000kms peuvent-ils créer tant de différences ? J’ai découvert une terre aride et rouge où le bitume se fait rare. Sur la route du chantier, nous croisions autant les habitants que les animaux … Et les enfants, les enfants qui nous courent après, s’accrochent à nos vélos et nous demandent : « Nassara, y a pas de cadeaux ? »

http://a7.sphotos.ak.fbcdn.net/hphotos-ak-ash4/422287_2874311369142_1000652777_32884868_123698675_n.jpghttp://photos-f.ak.fbcdn.net/hphotos-ak-snc7/421368_2874311889155_1000652777_32884870_1146363152_a.jpg

Découverte aussi du rythme africain, bien éloigné du nôtre : « Mon ami, y a pas de problème, dans 20minutes c’est bon. » Les choses se font, sans  stress, ni pression, sans besoin de tout faire vite… ça nous change… mais, là, ils n’ont pas le choix, tout prend plus de temps, tout est plus laborieux, plus difficile… et ils sont bien courageux, les burkinabés, à travailler et  vivre dans de telles conditions.

J’ai vu la pauvreté, la misère, la difficulté, le labeur, les handicaps… et surtout des personnes pleines de vie et d’espoir, courageuses, respectueuses, solidaires… une richesse de cœur qui se fait rare chez nous.

Sur le chantier, le travail était difficile mais quelle joie d’y participer.

http://a5.sphotos.ak.fbcdn.net/hphotos-ak-ash4/400254_2874316689275_1000652777_32884881_228752559_n.jpghttp://a4.sphotos.ak.fbcdn.net/hphotos-ak-snc7/408800_2874310209113_1000652777_32884865_788264631_n.jpg

Que de beaux échanges et de confrontations entre le mode africain et le mode français… Action d’un côté, organisation et réflexion de l’autre… Chapeau bas pour les ouvriers burkinabés qui, dans des conditions ardues, font un travail remarquable… Bien-sûr, on a apporté un petit coup de pouce, mais, on était quand même bien novice… Heureusement, tracter des brouettes et déplacer des tas de sable ne demande que d’avoir de bons bras et de la volonté.

J’ai vu dans les yeux des enfants, de la gravité et dans leurs sourires, de la joie. Quel bonheur d’avoir réussi à finir la salle de classe à temps et de savoir qu’aujourd’hui elle est investie par une petite centaine d’enfants !

http://a4.sphotos.ak.fbcdn.net/hphotos-ak-ash4/419899_2874334489720_1000652777_32884922_7209664_n.jpghttp://a8.sphotos.ak.fbcdn.net/hphotos-ak-ash4/420554_2874328009558_1000652777_32884908_1072585328_n.jpg

 

Merci à Coup de pouce de nous permettre cette expérience, merci au groupe et à Anne de la motivation partagée et de la bonne ambiance, merci à Albert de son accueil, merci à Yvette pour la cuisine du tô, merci à Alassan pour le conte narré, merci à Marcel pour sa visite guidée, et tant d’autres mercis à distribuer… merci aux Burkinabés de leur si belle hospitalité ! 

25 novembre 2011 5 25 /11 /novembre /2011 16:32

C’est drôle comme l’être humain est impressionnant

Capable de se relever de toutes sortes de difficultés

Comment puis-je aller si bien malgré ce que j’ai vécu ?

Parce que oui, je vais bien, je vais même très bien,

Je touche un bonheur que je n’osais même pas espérer.

Ai-je même le droit d’aller si bien avec ce que j’ai vécu ?

Parce qu’il faudrait pas croire que ça n’a pas compté,

Parce qu’il faudrait pas croire que ce n’était pas si grave

Parce qu’il ne faudrait pas croire que ce n’était qu’un détail

Parce qu’il ne faudrait pas croire que ça peut s’oublier…

Faut quand même savoir que ça s’est pas fait du jour au lendemain

J’en ai bavé pour en arriver là, je me suis battue, je me suis accrochée

Alors, le bonheur d’aujourd’hui, quand même, je l’ai bien mérité !

Et pas une journée ne passe sans que je pense au chemin parcouru,

A la souffrance endurée, à mon enfance bafouée,

Et c’est de là que je puise ma force et mes envies

Mon désir de vie, ma positivité, mon envie de rires

Parce qu’il faut contrebalancer, inverser le poids du passé,

Donner de la légèreté au présent, à tous les moments !

Qu’est-ce qui fait que la bascule a été possible ?

La thérapie, les amis, les rencontres, l’espoir

Toujours l’espoir, un espoir tenace même au plus profond du noir.

Un espoir invincible, un espoir qui m’a semblé tellement imbécile,

Mais un espoir qui a porté ces fruits, qui a germé, qui a fleuri.

Ce bonheur d’aujourd’hui, j’aimerai tant le partager,

Le distribuer et en faire profiter tous ceux qui souffrent du même mal,

Car l’inceste, c’est une maladie, un fléau, une épidémie,

Et y a pas de médicament, y a pas de remède miracle,

Alors, je veux crier mon bonheur,

Pour montrer que c’est possible d’en sortir, d’en guérir.
Mais au-delà de ça, je voudrai trouver la bonne formule,

Celle qui permettrait à tous de se libérer

De retrouver leur identité, leur unité corporelle et psychique,

Parce que maintenant, je peux en témoigner,

On peut raccommoder les morceaux,

On peut soigner, panser, respirer

Couper les fils qu’ils ont tissés.

Et on a aussi droit au bonheur,

On a aussi accès au meilleur,

On peut aussi profiter des bons aspects de la vie,

Et notre force, d’ex-victime, c’est que quand on a connu des horreurs,

On sait encore mieux apprécié le bonheur, le goûter, le peser, le savourer !

J’espère par ces quelques mots, distribuer un peu d’espoir

Parce que l’espoir a le pouvoir d’atténuer les maux

Et de permettre un meilleur avenir !

Espérez, toujours, envers et contre tout,

Espérez car c’est possible !!

Oui, c’est possible !


Charlotte, 25/11/11

 

 

 

Published by Charlotte - dans Victime-espoir
commenter cet article
27 octobre 2011 4 27 /10 /octobre /2011 13:57

Pendant de nombreuses années,

Etait une terre dévastée,

Une terre aride où rien ne poussait,

Une terre abrupte faite de chutes,

Une terre de ténèbres au noir funèbre,

Une terre en colère au tremblements sévères.

 

Coincée sur cette terre dévastée,

Elle, petite chose terrifiée,

A versé des larmes par milliers,

Des larmes de tristesse,

Des larmes de détresse,

Des larmes au goût amer,

Des larmes de colère,

Des larmes de maux à l’âme,

Des larmes à défaut d’armes…

 

De ces larmes par milliers

Un jour, un ru est né

Qui s’est lentement transformé

En un ruisseau, en un torrent

Tellement violent, tellement puissant,

Qu’il a comblé failles et fossés,

Qu’il a chassé l’aridité.

 

Et sur cette terre irriguait,

La vie en elle s’est réveillée.

Autour d’elle de petites fleurs,

Et des touches de couleurs,

Des goûts, des sons et des odeurs,

Qui éloignaient tous ses malheurs.

Peu à peu, la terre jadis dévastée

Est devenue havre de paix,

Un peu cabossé par le passé

Mais tout de même recomposé.

 

Un jour, dans son havre de paix,

Elle a levé la tête et s’est tournée,

Pour découvrir à l’horizon,

Un autre monde et d’autres sons,

D’autres odeurs, d’autres saveurs :

Mille et une richesses à l’extérieur.

Mais elles semblaient si éloignées,

Et elle, si protégée dans son havre de paix,

Osait à peine s’en éloigner.

Pourtant ce monde inconnu semblait briller,

Et cette lumière l’a attirée.

Alors, poussée par la curiosité,

Elle s’est lancée,

Elle a batti un pont

Entre ces différents mondes,

Un pont à accès sécurisé,

Un pont à double sens,

Un pont comme une chance,

D’oser sans se blesser,

D’y aller sans s’oublier.

 

Doucement, lentement,

Calmement, sereinement,

Une nouvelle terre à découvrir,

De nouvelles frontières franchir…
Elle s’avance

Avec bienveillance,

Le cœur léger,

L’esprit quasi en paix,

Le corps encore méfiant…

Mais l’Inconnu semble plaisant,

Et sur ce nouveau chemin naissant,

Désir de vie est bien présent, 

Rien à demander de mieux,

Rien qui ne semble plus heureux !

 

Le Blog De Survivant-D-Inceste

  • : Le blog de survivant-d-inceste.over-blog.com
  • Le blog de survivant-d-inceste.over-blog.com
  • : Des mots pour dire des maux Des bulles pour s'en protéger Pour que l'inceste ne soit plus tabou Pour lutter contre l' inceste
  • Contact

Recherche

Pages